Comment s’appuyer sur les modes de gestion communautaire traditionnels pour, de proche en proche, co-construire une démarche de gestion intégrée mer et littoral dans le cadre d’une stratégie maritime intégrée ?

Mots-clés:

  1. Approches intégrées à différentes échelles et multipartenariales
  2. projets associant nature et culture
  3. projets de sciences participatives.

Termes de référence:  La mise en place d’approches intégrées et de programmes de restauration des habitats à grande échelle, intégrant l’ensemble des acteurs, est pour le Japon une notion déjà ancienne et qui s’appuie sur un développement local. En témoigne le concept de « Sato-Umi » (mer et homme en harmonie), lui-même issu de celui beaucoup plus ancien de « Sato-Yama » (montagne et homme en harmonie). Ces deux concepts évoquent un lien très fort entre nature et culture sur lequel se fonde l’exploitation durable d’un milieu qui fait partie intégrante du patrimoine nourricier, mais aussi culturel. En Europe et plus particulièrement en France, il existe encore un certain nombre de pratiques traditionnelles similaires, notamment dans le domaine de la petite pêche. Cette session permettra de développer un certain nombre d’exemples remarquables existant, mais sans exclusive, en France et au Japon autour de la gestion des écosystèmes côtiers avec une démarche de type écosystémique ou patrimoniale.